Dans cette section, vous trouverez des activités littéraires menées en classe ainsi que des extraits d’écrivains à propos de l’école et de l’éducation.

Une œuvre théâtrale hors du commun produite par des élèves de 4e et de 5e secondaire. Le pouvoir expliqué à ceux qui l’exercent (sur moi)

« J’aurais aimé ça vous parler de résistance… mais je suis pas sûre d’être capable. Pour être honnête avec vous, je pense que je peux juste vous parler d’impuissance. (Au public.) C’est peut-être vous autres qui me l’avez transmise ? L’école aussi, les journaux, la télé… Parce qu’on m’apprend pas à résister. Pis c’est drôle, parce qu’en même temps, on me bombarde d’informations révoltantes. On me montre les guerres, on me parle des espèces animales qui disparaissent, de l’environnement qui va pas bien, du chômage, des crises… On me dit que c’est comme ça… pis qu’un jour, je vais avoir le droit de vote. » Adèle Tremblay

« On me dit que j’ai une liberté de penser, la liberté de m’exprimer, mais mes pensées, je sais plus si je peux leur faire confiance… je veux dire, mes pensées, elles sont-tu mes pensées ? Quand je pense, est-ce que je pense ou est-ce que j’obéis juste à une norme qui est dictée par le pouvoir ? » Hubert Côté

Voici deux extraits d’une expérience théâtrale hors du commun portée par des élèves de quatrième et cinquième secondaire de deux écoles publiques montréalaises. Ce spectacle, présenté à Montréal le 6 mai 2017, reposait sur une gageure : inviter des adolescentes et des adolescents à penser la nature des différents pouvoirs auxquels ils sont exposés et soumis : le politique, le familial, l’économique.

Si ces jeunes ont su aller au bout de leurs paroles et de leurs pensées, c’est aussi parce qu’ils ont su dialoguer à propos des exigences de l’art et de l’éducation durant toute une année scolaire, sous la direction de leurs enseignants.

Ont élaboré cette pièce de théâtre, 75 élèves de quatrième et cinquième secondaire, sous la supervision de l’écrivain Pierre Lefebvre ; la metteure en scène, Anne-Marie Guilmaine ; leur enseignant de français, Michel Stringer de l’école Sophie-Barat et leur enseignant du cours « Monde contemporain », Jean Danis, de l’école Lucien-Pagé.

Une œuvre magnifique d’intelligence, de force morale et d’engagement, à lire et à faire lire.

Le pouvoir expliqué à ceux qui l’exercent (sur moi)

Lire l’entretien de Michel Stringer, enseignant de français, initiateur du projet théâtral Le pouvoir expliqué à ceux qui l’exercent (sur moi). Il éclaire la genèse du projet, sa construction et sa réalisation.

Cette entretien est en deux parties.

Erri de Luca, écrivain italien, parle de l’école publique à Naples vers la fin des années 1950

Fermer le menu